Publié le 30 août 2016

Le métal jaune regagne du terrain

La présidente de la banque centrale américaine, Janet Yellen s’est montrée aussi affirmative qu’elle le pouvait lors de la réunion de Jackson Hole en Wyoming. Un discours qui était suffisamment resté vague dans l’ensemble. Cependant, elle a bien souligné que la Réserve fédérale pourrait relever ses taux dans les prochains mois d’un quart de point, c’est-à-dire, de 0,25. Alors que les chiffres de l’économie américaine continuent de s’améliorer, l’or a récupéré une partie de ses acquis et se positionne aux environs de 1 320 dollars l’once. Pendant ce temps, les marchés avaient réservé un accueil mitigé sur les propos de l’économiste qui laissaient libre cours à toutes les interprétations.

91df5f6718771f367fd2cebd0547b56c

Selon les observateurs, le rebond du métal précieux est étroitement lié au ton prudent de Yellen, ce qui explique l’hésitation de son comité de direction FOMC à procéder à un nouveau tour de vis monétaire. En conséquence, cela a joué au profit du billet vert, juste quelques heures après la diffusion du discours de l’économiste. En l’espace de quelques jours, le prix de l’or s’est ressaisi, et ce, de façon rapide.

 La demande en baisse chez les principaux consommateurs d’or

Dans l’ensemble, le marché aurifère est calme en cette période estivale, avec un négoce mince dans un écart de prix étroit. Il s’avère que l’année 2016 va enregistrer les importations d’or vers l’Inde les plus faibles en sept ans. Un pronostic qui semble annoncer une fin imminente de l’histoire d’amour entre les Indiens et le métal jaune. Selon le Conseil Mondial de l’or, la demande en or du plus grand pays consommateur d’or au monde a considérablement reculé au cours du premier semestre 2016.

leopold-ii-roi-des-belges-1877-piece-en-or-montee-sur-bague-1409

Un mouvement baissier qui s’est poursuivi en juin. Dans ce contexte, les importations enregistrées en juillet ont baissé de 78% par rapport à juillet 2015. Ce mois-ci, les cours domestiques sont revus à la hausse due aux fortes taxes. Les professionnels craignent que les ventes soient plombées à l’approche de la saison des festivals si le prix de l’or continue à progresser. Idem pour la demande de bijoux en argent qui a fortement baissé à cause de la montée des cours du métal gris.

Du côté de la Chine, le deuxième pays consommateur d’or et premier producteur mondial, les importations de métal jaune subit le même sort, au point d’occasionner un recul de 34 tonnes entre mai et juin 2016. Il en est de même pour les exportations. En effet, la hausse des cours représente un obstacle majeur, notamment pour la demande en bijoux.

Laisser un commentaire